AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Astöria Darcan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Cet aventurier, c'est
Astöria Darcan

~Apprenti Forgeron~

▌Messages : 73
▌Date d'inscription : 14/09/2010
▌Localisation : Egaré en bordure de forêt et de plage ...

~ Carnet de Route ~
▌Âge : 17 ans
▌Gloire & Renommée :
0/100  (0/100)
▌Camp: Indécis

MessageSujet: Astöria Darcan   Mar 14 Sep - 13:34




    • Pseudo : Kyô, mais je pense que Chris sera plus approprié ici.
    • Âge : 16 ans
    • Localisation : Nouvelle Calédonie
    • Niveau Rp : Sept ?
    • Exemple de rp :
      Spoiler:
       
    • Temps consacré au forum : Aléatoire, entre une demi-heure et trois heures par jour.
    • Comment avez-vous connu Les chroniques des Nouvelles Terres ? J'ai eu le lien par Milo, d'abord par e-mail puis sur Facebook.
    • Avez-vous la preuve qui montre que vous avez pris le temps de lire le règlement ?
      Spoiler:
       
    • Quelque chose à ajouter ? Le design m'a un peu surpris aux premiers abords, mais en y réfléchissant ça colle tout à fait avec l'époque. En tous cas, je suis ravi d'être de retour sur un forum fondé par Milo ^_- !





    • Prénom : Astöria Enal Ambar, dit Astï
    • Nom : Darcan
    • Âge : Astï approche de ses dix-huit ans, même si sa date de naissance exacte reste très flou.
    • Sexe : Masculin, aussi loin qu'on puisse le prouver.
    • Famille : Astöria n'a jamais connu sa mère. Il vit avec son père et son cousin dans un petit village à quelques dizaines de lieues de Valclair, la capitale de Merbal.
    • Profession ou métier : Fils de forgeron, il est destiné à en devenir un lui aussi. En attendant d'obtenir le titre de maître, il suit avec son père la formation d'apprenti.
    • Peuple : Demi-elfe




Description physique détaillée



Malgré tous ses efforts depuis le début de l'adolescence, Astï n'a rien du forgeron fort et viril qu'attendait son père.
Il a le visage fin, une mâchoire à peine prononcée et un petit nez légèrement retroussé surplombe des lèvres pleines. Ses sourcils blonds peu marqués mettent en valeur deux grandes prunelles turquoises qui illuminent son visage, encadré par des mèches blondes qui balayent son haut front et viennent lui chatouiller la nuque. Il ne coupe que rarement ses cheveux et seulement s'ils le gênent pour son travail à la forge.
Son corps est à l'image de son visage : allongé et fin. Ses muscles, tous en longueur, ne sont presque pas visibles et le font paraître faible et maigrichon. Mais son travail à la forge, qu'il effectue depuis le plus petit âge en aidant son père, les multiples entraînements instaurés par celui-ci dans l'espoir de le muscler un peu, ou encore ses innombrables escapades dans la forêt ont développé tant sa force que son agilité. Son corps n'a que très peu de marques, les principales étant sur ses bras ou ses jambes. A force de manier le marteau, ses mains sont un peu abimées, mais il est encore loin de l'état de celles de son père.
Il porte la grande majorité du temps une simple tunique de lin, qui lui laisse assez de liberté de mouvements pour qu'il n'ait pas à en retirer la partie haute lors de son travail à la forge, et une paire de sandales de paille qui tient assez bien aux pieds pour qu'il puisse courir ou grimper où il lui sied.
Depuis ses quinze ans, il porte à l'oreille deux anneaux en argent forgés par son père et, malgré la difficulté qu'a a eût à l'époque à accepter de se faire trouer l'oreille, il y tient beaucoup.




Description psychologique détaillée



Astï est très sociable. C'est une des premières choses qu'on remarque chez lui. Il n'hésite pas à aller vers les gens et est ravi de rencontrer de nouvelles personnes afin d'échanger avec elles. S'il peut paraître un peu envahissant aux premiers abords, son sourire presque permanent et son éternelle soif de découverte font qu'il ne reste jamais très longtemps au même endroit. Lorsqu'il ne travaille pas dans la forge de son père, il vagabonde dans le village ou dans la forêt, s'entraînant, cherchant à prêter main forte à quelqu'un … Il veut toujours tout essayer et aider tout le monde, mais il sait aussi se modérer et s'arrêter lorsqu'il le faut.
Astöria est aussi très fidèle. Il est prêt à faire beaucoup pour ses amis ou sa famille et se sent vite responsabilisé des problèmes des autres. Dès l'arrivée de son cousin chez lui, il s'est occupé de lui comme un frère, veillant à ce qu'il ne manque de rien.
Mais cette bonne humeur et cette vitalité constante peuvent aussi être un défaut. Extraverti, volage, se disant sans aucun complexe, il ne mesure pas toujours la volonté des autres à vouloir s'isoler. Certes il lui arrive très souvent de le faire lui-même lorsqu'il s'enfonce dans les bois pour plusieurs heures de solitude, mais il est incapable de le voir chez autrui.
Pourtant derrière ce masque se cache un garçon qui a peur. Sa mère étant morte à sa naissance, il se considère comme son assassin, même si personne ne l'a jamais accusé d'une telle atrocité, et culpabilise énormément. De plus, ayant toujours été un peu différent des autres, soit par son apparence chétive, soit par cette manie de se réfugier dans les bois, il a peur de se sentir rejeté et fait tout pour plaire. Mais ce masque qu'il porte fait aussi partie intégrante de lui, car il l'a depuis si longtemps qu'il ne peut plus le retirer.




Connaissances, Savoir-Faire & Pouvoirs



Astï a grandit dans la forge de son père, qui lui a tout apprit dès le plus jeune âge. Il sait ainsi forger un grand nombre d'armes, mais aussi d'objets divers comme des bijoux ou des outils. N'étant pas encore maître de profession, il ne sait bien évidemment pas tout faire, et ses meilleurs travaux sont encore les petits objets.
Son père voulant l'endurcir, il l'a entraîné au maniement des principales armes comme le poignard, glaive puis, plus tard, l'épée ou la lance. Il n'a jamais été capable de manier les poids, et est une vraie catastrophe avec un arc dans les mains. Son arme favorite et celle qu'il maîtrise le mieux est le lancé de couteaux. Il a toujours des lames avec lui et ne rate jamais une occasion de s'entraîner, soit sur une porte, un mur, une table ...
Il a toujours été très à l'aise pour s'exprimer, et est devenu avec le temps un orateur plutôt habile, bien qu'il ne rivalise certes pas avec les Grands du domaine. Curieusement, il est au contraire un piètre lecteur. Il lui faut souvent quelques minutes avant de déchiffrer une phrase, ce qui, dans son petit village et à cette époque, est déjà un en soit.

Avant son arrivée sur Revia, Astöria n'a aucune idée de sa vraie nature. Il avait vaguement vu quelques gravures représentant des elfes au cours d'un séjour à Valclair, mais on lui avait rapporté qu'il s'agissait de créatures imaginaires ou bien assez anciennes pour avoir disparu. Néanmoins, il a toujours été proche de la nature, plus particulièrement de la forêt ; il passait une grande partie de son temps à parcourir celle bordant son village, même après l'arrivée de son cousin chez lui. Dès lors qu'il posera le pied sur l'Île, le don de faire pousser les plantes se développera en lui, et il gagnera, de façon minime, les facultés de ses ancêtres.




Divers



En quittant Merbal, Astöria a emporté tout ce qu'il avait de précieux dans une sacoche en cuir de sanglier. A son arrivée au port de Jubal, elle contenait deux sous d'or, la dizaine qu'il possédait ayant presque toute été dépensée sur la route, un pendentif en or blanc ayant appartenu à sa mère et quelques lames nues qu'il avait forgé lui-même. Dans une petite poche du sac, il avait rassemblé quelques graines et noisettes pour le petit animal qui le suit partout.




Histoire


Enfance

Les cris et halètements résonnaient dans la pièce. Au centre, sur la couche, une femme pleurait, hurlait, s'époumonait. Seules trois autres personnes attendaient à ses côtés. Sa sœur, à l'autre bout de la petite salle, remplissait d'eau claire une bassine de cuivre, lançant de temps à autre des regards inquiets à la jeune femme. Devant elle, un vieillard fronçait les sourcils, balançant la tête, comme désapprouvant. Et à ses côté, un homme lui tenait la main, la rassurant, la soutenant du mieux qu'il pouvait.
Le voilà ! cria soudain le vieil homme, et tous se tournèrent vers lui.
Extirpant quelque chose d'entre les jambes de la femme, il dévoila aux yeux des autres un enfant qui, sitôt qu'il eût inspiré l'air environnant, se mit à crier avec force.
Il était né, enfin, il était là ! Le plus jeune se tourna vers sa femme, lui souriant avec soulagement … avant de perdre son sourire. Pourquoi avait-elle fermé les yeux ? Pourquoi ne répondait-elle pas ? Pourquoi ne souriait-elle pas ?!
Astänia ? Astänia !!
Le vieillard se précipita. Elle saignait. Elle saignait beaucoup trop. Elle ne criait même plus … elle n'en avait plus la force. Le drap de lin sous elle s'imbiba lentement de rouge, débordant sur le sol de terre. L'homme à ses côtés criait, la secouait, tentant de la faire réagir, de la ramener.
A l'autre bout de la pièce, sa sœur berçait le nouveau-né lavé et séparé de sa mère, retenant ses larmes. Elle savait qu'il était trop tard. Elle savait qu'elle venait de perdre sa sœur. L'enfant dans ses bras avait cessé de crier, gazouillant et tournant sa petite tête dans tous les sens. Il ne voyait pas encore. Peut-être n'entendait-il même pas les cris de son père …
Teodynn … C'est trop tard, souffla le jeune femme.
Mais il ne l'entendait pas, lui non plus.
Alors elle se leva et s'approcha de l'homme, les larmes dévalant silencieusement la pente de ses joues. Elle posa sa main sur son épaule et il se tut immédiatement, tournant un regard effrayé vers elle.
C'est fini, Teodynn.
Son visage se tordit dans une grimace de douleur. Le vieillard recouvra le corps désormais sans vie d'un drap sale. Pourquoi en salir un propre, alors qu'elle ne pourrait plus s'en servir ?
Oui, c'était fini. Posant son regard sur le petit être, l'homme prit son fils dans ses bras, le serrant contre lui avec désespoir, étouffant ses sanglots. Il avait perdu sa femme, mais elle lui avait laissé un fils comme dernier présent …

~ ¤ ~
Dans un petit village de Merbal, à l'heure où le soleil dort encore, une petite tête blonde se faufilait entre les huttes. Accroupi dans la poussière, il enchaînait roulades et sauts, caches silencieuses et escalades précaires, traquant, chassant … Puis soudain il vit sa proie. Debout, fière, la tête haute … Immédiatement il se tapit dans l'obscurité, profitant d'un nuage cachant la lune pour se préparer à l'attaque. Il bondit alors sur l'animal, le coinçant sous son bras et roula jusqu'à une hutte, contre laquelle il se cogna la tête et déclencha une série de cris et de caquètements insupportables.
Qui va là ? gronda une voix.
Sa proie, profitant de la surprise, sautant de sa prison de chaire et partit en courant. Au dessus de la tête blonde s'élevait un homme comme une montagne, la crinière rejoignant la barde d'un noir d'ébène.
Astï ! gronda-t-il de nouveau.
Salut 'Pa, sourit l'enfant d'une voix claire et embarrassée.
Le soleil n'est même pas encore levé ! Combien de fois t'ai-je dis de ne pas chasser les poules du village ? Tu vas réveiller les autre ! Retourne te coucher !
Oui 'Pa, souffla le garçon, penaud.
Rentrant dans la hutte sombre, il se coucha aux côtés de son père, fermant les yeux. Silencieux, immobile, il attendit quelques minutes et amorça un mouvement pour se relever, quand il puissant bras le retint.
Attend au moins la première heure du jour, souffla la voix grave.
Résigné, il se recoucha, attendant les premiers rayons de lumière pour aller vagabonder vers les bois …

~ ¤ ~
Le village était animé. On avait reçu depuis peu un grand chargement en provenance de la capitale, et chacun se pressait sur le marché, échangeant sous d'or et siliques d'argent contre diverses marchandises des quatre coins du continent. Là une étoffe Astegalienne, là un meuble en bois d'Asdrubal …
A l'autre bout du village, un bruit régulier et incessant parcourait la plaine. Dans la forge des Darcan, le grand Toedynn montrait avec ardeur et passion son métier à son fils. Soufflant sur le feu ardant, battant le fer sur l'enclume …
A ton tour, fit la voix grave.
Le petit garçon prit le marteau avec difficulté. Le soulevant à deux mains, il frappa le fer qui, décollant, faillit mettre le feu au toit avant de retomber sur la paille sèche qui s'enflamma. Le père alla tranquillement ramasser la lame incandescente, la plongeant dans un bac d'eau et en renversa un peu sur la paille qui s'éteignit en fumant. Revenant vers son fils qui, penaud, tenait toujours le marteau, il lui présenta la lame.
Tu dois toujours la tenir. Essaie encore.
Le marteau est trop lourd, je ne peux pas tenir les deux en même temps ! s'écria le garçon.
Essaie encore, répéta-t-il.
Soupirant, l'enfant plongea le fer dans le feu.

~ ¤ ~
Les chants et les danses allaient de pair en ces temps de fêtes. La récolte venait d'avoir lieu et les villageois étaient libres durant quelques semaines, le temps de replanter les prochaines pousses.
Teodynn ! s'écria un homme en apercevant le forgeron. Vient donc boire avec nous !
Merci, Grarhyl, fit la montagne en s'asseyant aux côtés de son ami. Aurais-tu vu mon fils ?
Le petit Astï ? Il était chez moi ce matin, il aidait ma femme à laver le linge. Entre nous, tu devrais le surveiller un peu plus, il n'ira pas loin s'il commence à agir comme un femme …
Le forgeron soupira.
Il le fait aussi à la maison. J'ai beau l'en empêcher, il agit toujours ainsi. Je ne sais plus quoi faire, ajouta-t-il en se prenant la tête dans les mains. Pourtant, je lui apprend à fabriquer des armes et à les manier, il se débrouille de mieux en mieux d'ailleurs, mais il n'a même pas l'air de prendre du muscle ! Les seules choses qui l'intéressent vraiment sont la forêt et les petites lames … Comment en faire un homme s'il ne manie que les couteaux ?!
Ça fait déjà onze ans, tu devrais prendre une autre femme.
Je ne sais pas ...

Jusqu'au début du voyage

Le sang, les combats, la guerre … Tout cela leur tombait dessus d'un seul coup. Comment lutter contre des centaines de morts, comment avancer lorsqu'on a les pieds entravés par des litres de sang … ?
La peine, la peur et la douleur étaient présentes en permanence dans le village.
Astöria avait grandi depuis. Chaque semaine, il s'entraînait au maniement des armes. On les voyait, lui et son père, combattre des heures durant à l'épée, au glaive, puis frapper le fer et l'acier. Le garçon, devenu jeune homme, commençait peu à peu à maîtriser les techniques et avait déjà forgé quelques outils et bijoux répandus dans le village.
A l'orée du bois, il lançait furieusement et inlassablement des poignards pris dans la réserve de son père contre un arbre. La guerre faisait tant de morts ! Il n'en pouvait plus des sinistres nouvelles, des messagers qui rentraient au village, apportant le corps d'un mari, d'un frère, d'un fils … Il n'en pouvait plus de ces larmes, ces cris de désespoir que lançaient les familles.
Il voulait se battre, il voulait aller venger les morts et les blessés, il voulait débarrasser le continent de ces batailles et boucheries incessantes ! Et son père qui le lui avait interdit !
Contre qui veux-tu te battre ?! avait-il crié. Il n'y a pas d'ennemi ! L'ennemi est ton propre pays ! Comment veux-tu te battre contre un ennemi inexistant ?! Et puis tu t'es vu, faible et maigre comme une femme ?! Penses-tu pouvoir survivre une seule heure face à des guerriers entraînés ?!
Il y a bien un coupable ! avait répondu l'adolescent. Je suis fort ! Je peux le faire !
Je refuse que tu tues quelqu'un, Astöria ! Il y a déjà eu assez de morts comme ça dans la famille !
Le jeune homme s'était décomposé. Alors c'était ça. Il avait toujours su que c'était sa faute si sa mère était morte. Mais jamais il n'aurait cru que son père le lui aurait reproché un jour en face.
Il avait alors couru jusque là et avait commencé à lancer rageusement ses lames contre l'arbre innocent.

// Il veut faire de moi un homme mais il refuse que j'aille me battre ! //

Un bruit de feuillage attira son attention et il tourna la tête vers la cime de l'arbre qu'il attaquait. Une petite boule de poils sauta brusquement sur son épaule et vint se frotter contre sa joue, le détendant.
Sälym, souffla-t-il avec tendresse.
Le petit écureuil l'accompagnait partout depuis quelques mois déjà. Il l'avait soigné alors qu'il s'était mystérieusement blessé, et le petit être ne le lâchait plus. Astï ayant commencé à l'apprivoiser, Sälym le prévenait souvent lorsque quelqu'un s'approchait. Et c'était le cas.
Astï ! retentit une voix.
Le jeune homme sortit du bois pour rencontrer une jeune fille du village. Il retint un soupire. Il lui avait pourtant dit qu'il ne s'intéressait pas à elle … Mais lorsqu'elle arriva à sa hauteur, son ton était presque paniqué.
Astï, ton père te cherche. Il est arrivé quelque chose.
Astöria se précipita. Devant la forge, son père serrait un garçon dans ses bras. En s'approchant, Astï reconnu son cousin Ouhken, de deux ans son cadet. Dès qu'il l'aperçu, son père lui fit signe d'approcher.
Tu ne m'as pas laissé le temps de te prévenir tout à l'heure. Astï, Ouhken va vivre avec nous maintenant.
Où est tante Anïa ?
Les pleurs du garçon s'amplifièrent, répondant à la question du jeune homme. Son dernier lien avec sa mère venait de s'éteindre.
~ ¤ ~
Son cousin vivait avec eux depuis un an déjà, et Astï faisait tout pour lui remonter le moral. Il passait la majorité de son temps avec lui, l'amenant dans la forêt, lui apprenant le maniement des armes comme son père l'avait fait avec lui, flânant dans le village à la recherche d'une aide à apporter …
Lui-même ne cessait de s'améliorer en tous points. Sa force avait encore augmenté, bien que son physique reste toujours aussi fin, et il maniait désormais parfaitement l'énorme marteau de son père.
Un matin, celui-ci partit pour la capitale, emportant les dernières armes et objets fabriqués en espérant les vendre à bon pris au marché du lendemain matin.
Les deux adolescents, gardant la forge, attendirent trois jours son retour … Mais il ne vint pas comme ils l'espéraient.
Une charrette entra dans le village, criblée de flèches, ne transportant qu'une personne. Tous se réunirent autour du véhicule, aidant son conducteur, le soignant, l'alimentant.
C'était horrible, souffla le miraculé. Ils étaient des centaines, juste pour notre petit chargement. Je n'ai pu sauver personne.
Qui étaient-ils ?! gronda Astöria.
Des guerriers … des guerriers de Merbal, de Jubal, d'Asdeerbal, je ne sais plus !
Un frisson d'effroi parcourut les villageois. Alors les guerriers de Merbal en venaient à attaquer leur propre peuple ?!
Astï … Ton père est tombé.
Tout s'effondra autour du jeune homme. Son père ? Son père était mort ?! Il fut soudain prit d'une froide haine envers les guerriers, les soldats, les dirigeants, tous, tous … Il allait tous les tuer !
Astï, arrête ! hurla une voix alors qu'il se précipitait vers la sortie du village, ses lames en main. Astöria ! Pense aux autres ! Pense à Ouhken !
Il s'arrêta. S'il partait … S'il partait, son cousin se retrouverait seul, une fois de plus. S'il mourrait lui aussi, Ouhken n'aurait plus aucune famille … Il s'effondra au sol, la frustration mêlée à la détresse inondant ses veines.
Ils vont venir, souffla la voix de l'homme blessé. Ils vont venir et tous nous tuer !
Eh, j'ai entendu parler d'un bateau qui quittait Bolendil pour fuir la guerre ! fit un des villageois. Il paraît qu'il part du port de Jubal.
L'important pour l'heure était de soigner l'autre homme. Ils se sauveraient plus tard, plus tard …
~ ¤ ~
Dans la noirceur de la hutte, Astï n'arrivait pas à dormir. Il repensait à son père, à ce qu'il avait fait pour lui depuis le début. Il l'avait protégé, il l'avait aimé malgré la mort de sa mère … Il l'avait rendu fort, résistant, indépendant … Tout ça, il l'avait fait pour qu'il vive.
Il posa son regard turquoise, invisible dans l'obscurité, sur le corps allongé de son cousin. Il devait faire pareil. Il devait veiller sur Ouhken, le protéger, le former pour qu'il puisse vivre.
Ouhken, demain à l'aube nous partons pour Jubal, murmura-t-il.
Il ferma les yeux, cherchant à son tour le sommeil.
D'accord, répondit une voix endormie.
Il allait abandonner son village, sa forge, ses affaires. Il abandonnerait tout, il fuirait. Mais il n'en avait même pas honte, car ce voyage qu'ils entreprendraient les mèneraient sûrement vers des terres meilleures, inconnues … Et puis, il avait toujours aimé l'aventure, et ne dit-on pas que l'aventure est l'inconnu ?

Le jour du départ

Dans un petit village de Merbal, à l'heure où le soleil dort encore, une tête blonde se faufilait entre les huttes. Un sac en cuir passé en bandoulière par dessus son épaule, le jeune homme avait récupéré ses plus précieux biens. Un peu d'argent pour le voyage, le pendentif de sa mère, ses lames … Il avait prit quelque provisions, tant pour lui et son cousin que pour Sälym qui les accompagnait. Il avait fermé la forge, éteint les fours, clôt les aérations, et ils étaient partis.
Derrière lui, Ouhken suivait, encore un peu endormit.
A la sortie du village, ils marchèrent quelques lieues et arrêtèrent une charrette en route. Contre quelques sous, elle les conduisit jusqu'à la frontière, leur économisant la moitié de cinq jours de marche. De là, ils marchèrent jusqu'au port, s'arrêtant dans les auberges de petits villages, évitant les soldats comme la peste, constamment sur leurs gardes.
Au port de Jubal, entre les pêcheurs et les bateaux de guerre, une bonne dizaine de navires attendaient impatiemment alors que des centaines de personnes montaient à bord, désireux de quitter une bonne fois pour toutes l'enfer de ces terres en guerre.
On y est, souffla-t-il simplement à son cousin.
Celui-ci, tout aussi impressionné, acquiesça et resserra sa main autour de celle de son aîné. Ils en avaient fait du chemin pour en arriver là ! Tous deux orphelins, ils n'avaient plus le choix. Ils n'auraient aucun regrets …
Montant sur le pond, Astöria coula un dernier regard sur l'étendue des terres de Bolendil derrière lui. Ce soir il la quittait.
En route Sälym, Ouhken, dit-il en se retournant.
Ce soir, il partait à l'aventure …


Des projets pour votre personnage ?



A son départ de Bolendil, Astöria est décidé à abandonner ses racines pour aller vivre ailleurs et « sauver sa peau ». En arrivant sur Revia, il découvrira tout d'abord un univers totalement inconnu et apprendra à le connaître ainsi que ses habitants. De plus, son sang d'Elfe s'éveillant dès ses premiers pas sur l'Île, il devra se familiariser avec ses nouvelles capacités.
A long terme, il s'assimilera totalement à l'Île, se débrouillant pour survivre et oubliant presque totalement d'où il vient … Totalement ?
Et son cousin, dans tout cela ? Disparu …




Dernière édition par Astöria Darcan le Mer 15 Sep - 7:54, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Cet aventurier, c'est
Maître du jeu


▌Messages : 131
▌Date d'inscription : 22/07/2010
▌Age : 26

~ Carnet de Route ~
▌Âge :
▌Gloire & Renommée :
100/100  (100/100)
▌Camp:

MessageSujet: Re: Astöria Darcan   Mar 14 Sep - 14:30

Bonjour et bienvenue sur Revia =)
Tout d'abord, l'avatar n'est malheureusement pas aux normes. En effet, il nous faudrait du 200*320 Wink

Ensuite, ton début me semble tout à fait parfait, si ce n'est que tu n'es pas encore sur Révia hein Wink. Avant, il te faut faire le voyage Je dis notamment ceci par rapport à la catégorie "Divers" et la fin des compétences & Pouvoirs Wink

Bonne continuation Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Cet aventurier, c'est
Astöria Darcan

~Apprenti Forgeron~

▌Messages : 73
▌Date d'inscription : 14/09/2010
▌Localisation : Egaré en bordure de forêt et de plage ...

~ Carnet de Route ~
▌Âge : 17 ans
▌Gloire & Renommée :
0/100  (0/100)
▌Camp: Indécis

MessageSujet: Re: Astöria Darcan   Mer 15 Sep - 0:28

Bonjour ^^ !
Pour l'avatar, il est en 200*320 pourtant o.O ...
Je modifie tout de suite ce qui ne va pas (je sais bien qu'il n'est pas encore sur lÎle, j'ai juste oublié de mettre tout ça au futur ^^').

Concernant l'exemple de RP, puis-je coller un post d'un autre forum ou dois-je en écrire un indépendant ?

En tous cas, merci beaucoup ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Cet aventurier, c'est
Maître du jeu


▌Messages : 131
▌Date d'inscription : 22/07/2010
▌Age : 26

~ Carnet de Route ~
▌Âge :
▌Gloire & Renommée :
100/100  (100/100)
▌Camp:

MessageSujet: Re: Astöria Darcan   Mer 15 Sep - 9:40

Bonjour,
Concernant l'avatar, Earéwen s'est permise de le mettre aux bonnes dimensions. Non, je n'avais pas rêvé x)
J'ai lu ta fiche, et je n'ai trouvé aucun problèmes. J'aime particulièrement l'histoire Very Happy
Je te valide !
Bienvenue sur Revia jeune homme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Cet aventurier, c'est
Astöria Darcan

~Apprenti Forgeron~

▌Messages : 73
▌Date d'inscription : 14/09/2010
▌Localisation : Egaré en bordure de forêt et de plage ...

~ Carnet de Route ~
▌Âge : 17 ans
▌Gloire & Renommée :
0/100  (0/100)
▌Camp: Indécis

MessageSujet: Re: Astöria Darcan   Mer 15 Sep - 10:13

Merci beaucoup ^^ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cet aventurier, c'est
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Astöria Darcan   Mer 15 Sep - 18:18

Bon chuis validée après mais inscrite avant alors je te souhaite bienvenue Very Happy
Bienvenue mon christou-chan !! euh pardon Astï-chan ! x3
Revenir en haut Aller en bas


Cet aventurier, c'est
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Astöria Darcan   Mer 15 Sep - 19:46

Chouette, un copain Demi Elfe ! Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Cet aventurier, c'est
Maître du jeu


▌Messages : 131
▌Date d'inscription : 22/07/2010
▌Age : 26

~ Carnet de Route ~
▌Âge :
▌Gloire & Renommée :
100/100  (100/100)
▌Camp:

MessageSujet: Re: Astöria Darcan   Mer 15 Sep - 20:15

Ah nn, stop le flood là >_<
Ça sert à rien ce que vous faites.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Cet aventurier, c'est
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Astöria Darcan   Mer 15 Sep - 20:48

Pardon...Embarassed
Je recommencerais plus... Embarassed

EDIT de Milo : Bah j'espère bien xD
Revenir en haut Aller en bas


Cet aventurier, c'est
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Astöria Darcan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Astöria Darcan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Mariage]Devant les dieux, je suis tien [Astéride]
» Une petite halte [Astéride]
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]
» Quand l'héroïsme conduit au trépas... [Astéride]
» [Chateau d'Erac] Un cadeau pour le Porcin ? [Astéride]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Là où tout commence. :: ~ Le Coin des Présentations ~ :: + Personnages Validés + :: + Ils sont en route pour l'île ... +-
Sauter vers: